Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 21:07

(Version raccourcie)

S’il avait eu le visage de son âme l’aurais-je aimé ?
Je n’ai qu’une envie avec mon cœur de pierre me laissé couler au fond du puits, comme on se noie dans un cœur rempli de larmes. Si mon cœur est une émeraude, il reste de pierre, assez lourd pour me noyer en lui.

(Il m’emprisonne dans un château devenue minuscule où je ressens son souffle chaud sur ma nuque. Son œil me voit jour et nuit. Je l'entend me penser, devine ses désirs bestiaux.)

*

(Version premiére)

Mon cœur en porcelaine était fêlé. La bête m’a vu pleurer. La bête m’a recueillie en lui. Forteresse de pierres et de ronces. La bête m’a offert un cœur d’émeraude pour remplacer mon cœur fêlé. Un cœur avec une serrure dont il détient la clef. Émeraude soit-il mon cœur est une pierre. Face aux roses, aux poèmes, aux bijoux mon cœur reste glacé. La bête est laide, pourtant lui ci bourru est si délicat avec moi. Dans sa couche je suis soumise. Je suis Belle, la Damoiselle, la docile. Comme toutes ces dames des temps jadis qui ont perdus leurs voix. Je suis ce gracieux animal que l’on possède. La bête m’écœure, pourtant immense est son amour et sincère. S’il avait eu le visage de son âme, l’aurais je aimé ? Si je l’aime, même un peu, puis je briser le sortilège ? Je pourrais sans doute l’aimer au de la des apparences si il ne m’emprisonnait pas. Il pense que personne ne peut l’aimer. Je n’ai pas la clef pour me libérer de ce château, m’enfuir de son cœur. Je suis lasse, j’erre dans les couloirs, tournoie dans le chemin de ronde. Toutes ses belles choses, les orgues enchantées, leurs chants qui glissent dans les escaliers. Ce chandelier en cristal scintillant au dessus de ce banquet fleuris. Ces mets en abondances, ses porcelaines de Limoge. Ses vins rouge sang dans des verres en cristal. L’aimer pour briser l’enchantement. L’aimer même une seconde. Me voila prisonnière de son cœur. Et lui de son apparence de bête. S’il avait eu le visage de son âme l’aurais-je aimé ? Mais son âme blessée n’est plus celle qu’elle était. Bien qu’il m’aime sincèrement il m’aime à me faire mal. Il m’emprisonne dans un château devenue minuscule où je ressens son souffle chaud sur ma nuque, son haleine animal. Son œil qui me voit jour et nuit. Je l'entend me penser, devine ses désirs bestiaux. Je n’ai qu’une envie avec mon cœur pierre me laissé couler au fond du puits, comme on se noie dans un cœur de larmes. Si mon cœur est une émeraude, il reste de pierre, assez lourd pour me noyer en lui. Les plantes de son jardin s’entortillent à mon corps, me lacèrent jusqu'à mon souffle coupé . Des liens. Des serpents vert émeraude.

Le belle et la bête, journal de Belle

Partager cet article

Repost 0
Published by fee-noire.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • : Mon univers sombre et féérique...Je m'appelle Prisca Poiraudeau,une rêveuse gothique, je suis passionné d'art...
  • Contact

Recherche

Liens