Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 11:33


Veille du jour de l'an

Orianne à la fenêtre de sa chambre contemple la forêt bleutée, et les flocons se détacher du ciel gris. Sur les cotés, le bleue nuit s'infuse dans les cieux. Et les traces mauves d'un soleil couchant disparait derrières les grands arbres. Comme un feu affaibli. Les premières étoiles émergent de la nuit, palpitantes. Le visage fantomatique de la lune ronde s'éclaire timidement. La musique de Holst, the planet, vibre dans la chambre de l'adolescent. Une musique cosmique.

Orianne ressemble à un personnage dessiné par un mangaka. Avec ses grands yeux émeraude mélancolique, son visage anglu, si pâle, son nez droit, long et fin, et sa mèche de cheveux noire zébrant son front rêveur...Il semble rêveur, en réalité il est pensif, triste…Sa mère se soule en bas dans la cuisine, il l’entend sangloter. Elle se soule toute les nuits avec du mauvais vin. Angel sa maman est si jolie, elle peut être si adorable…Mais parfois elle est violente. Elle ne le bat pas, mais elle l’insulte… Il a passé son réveillon à sangloter. Elle était si violente. Il a peur d’elle. Il la craint comme la mer, l’océan trop lunatique. Mais il ne veut pas l’abandonner, il veut la protéger. Alors il ne la contredit pas, ne dit jamais rien, il est sage, trop sage. Il ne souffle jamais sur la braise. Il est la prudence. Sous contrôle de lui-même par peur de provoquer sa colère, s’oubliant…Quel est son vrai soi ? A l’école ses camarades se moquent de lui, il ne sait pas se défendre…Il a appris à être soumis. Parfois il rêve de transparence, d’être invisible. Il est presque invisible car si discret. Il s’efface. La violence il l’exprime contre lui. Il se fait du mal. Il se scarifie. De la violence il en a, en lui, débordante…Elle n’est pas à lui. Son père Luis est une légende, Le Guitariste de flamenco, il est sur les routes avec son groupe de musique. Son père est invisible, Orianne appelle, supplie son fantôme. Il fantomatise son fils en l’oubliant. Le fantôme l’écoute à la radio, lui parle à travers les ondes. Parfois Luis entend une petite voix cristalline. Elle ne doit pas être humaine cette voix. Orianne vît dans la maison fissurée de sa maman, une maison si fragile où il ne se sent pas en sécurité. Une maison où il fait froid d’y vivre. Mais les fantômes habitent leurs maisons tristes, parfois une éternité. Leurs vies est une nostalgie, pas une espérance. Angel vit dans ses souvenirs, est morte depuis longtemps. Sans amour elle n’est pas heureuse…Luis est parti, a abandonné elle et son fils, et les femmes tournent autour de lui. Luis ne téléphone pas souvent à son fils. La seule chose qu’il aime c’est sa guitare, sa musique…Avec les femmes il s’amuse. Il est beau, brun aux yeux bleus, la peau mate. Ce n’est pas qu’il est méchant le Luis. Mais il ne se sent pas capable, les responsabilités l’effrayent, il est comme un enfant…Lui, il n’a pas eu de parent, c’est un enfant de la DASS. Il ne sait pas faire, il ne sait pas s’y prendre…Il ne voulait pas d’un enfant. Il ne voulait pas d’une femme trop attachée à lui, il ne rêvait pas de se marier. Alors il est lâche. Il sait bien qu’il est minable, il se le dit souvent en picolant. Face au miroir il se crache à la gueule.  lady-of-the-lake_1982.gif

Orianne est maintenant lasse de regarder à la fenêtre. Il rêve de fugue mais n’en a pas le courage. S’il fugue, c’est dans ses rêves, cela fait moins mal. Il est surpris en découvrant la table basse. A la lueur d’une bougie, une galette couronnée, une bolée de cidre. La table est décorée d’une jolie nappe brodée et d’un bouquet de houe. Ce n’est sans doute pas sa maman qui…Mais qui ? Il ne reconnait pas la nappe, si belle, brodée finement. Quelle belle surprise ! Il mange une part de la galette. Elle est délicieuse. Elle est moelleuse. Mais ses dents percutent quelque chose de dur. Il a la fève. La fée bleue de Pinocchio. Alors il se couronne.

Il est dans la forêt. Assit sur son trône. La fée bleue est à sa table parmi les animaux : ours, loup, cerf, renne, chouette, faisant, lièvre ... Il comprend qu’il est le roi. La table est joliment décorée, poudré de neige. Les roses, les lys et les chandeliers sont glacés. Les verres, les assiettes sont en cristal. Des lampions sont accrochés aux arbres. Ils se partagent la galette, savourent. Une chorale de lutins chante au creux d’une roche d’une voix caverneuse…Tandis que des fées dansent autour d’un feu.

Orianne doit choisir sa reine. La fée bleue devient sa reine. Elle est si belle avec ce beau visage doux, lumineux, ses longs cheveux dorés. Elle lui demande de faire un vœu. Il veut être aimé et pas seulement en rêve.

Le roi et la reine montent dans le beau carrosse attelés de magnifiques chevaux blancs. Les flocons tourbillonnent. Le carrosse roule sous la cathédrale d’arbres. Des arbres glacés, comme soufflés par un verrier. A la croisé du chemin, le carrosse s’arrête, hésite…Orianne entend au bout du chemin droit la voix de sa mère, elle l’appelle d’une voix angoissée. Au bout du chemin gauche, il aperçoit un magnifique palais de glace creusé à même la cascade, dans la montagne. Les rayons de la lune, le reflet des étoiles fait étinceler le palais de glace. Le carrosse tourne à gauche. Orianne entend sa mère le supplier, il est déchiré mais il rêve d’autre chose.  

La fin est heureuse comme dans beaucoup de contes, ils se marièrent…Mais ce n’est pas cela le plus important, Orianne est devenu adulte…Volant de ses propres ailes. Il apprit à être lui. A être aimé, aimer, et s’aimer, se respecter. A la source se ressourçant, à l’origine. Au printemps ce n’était plus un palais de glace mais un palais d’Emeraude…La glace avait fondu et la nature était verdoyante. Des morceaux de soleil flottaient sur l’eau. Sa belle fée bleue chantait au fil des jours d’une voix cristalline. Les nymphes s’abreuvaient de sa voix. Orianne avec sa fée se baladaient dans la forêt. Festoyaient de temps en temps avec tous les animaux de la forêt. Les fées, les elfes et les princes venaient aux bals danser.       

Partager cet article

Repost 0
Published by fee-noire.over-blog.com - dans conte et légende
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • : Mon univers sombre et féérique...Je m'appelle Prisca Poiraudeau,une rêveuse gothique, je suis passionné d'art...
  • Contact

Recherche

Liens