Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 13:17
Muséum d'histoires intimes

Le muséum d’histoire naturelle me fait penser à un cabinet de curiosité. J y ai rencontré un tapir. Un zèbre. Un tigre de Sibérie. Des serpents et certains dans des bocaux. Un squelette d’orque. Et toutes sortes d’animaux empalés. L’exposition temporaire sur la mer m’a rappelé Moby Dick. Surtout que j’ai vu la maquette d’un baleinier avant. Le jardin des plantes évoque les vies encloses de George Rodenbach.  C’est l’un des endroits où j’ai posé avec mon ombrelle. Je portais ma longue jupe à fleurs. Un maillot de corps noir à fermeture éclair avec par dessus un mini haut en dentelles bleu ciel. J’ai moi-même fait quelques photographies. Ce jardin des plantes est situé juste à côté du lycée Fénelon où je fus lycéenne. Les lycéens aimaient ‘squatter’ le lieu et aussi pour déjeuner, sauf moi car comme personne ne m’aimait, je m’y sentais mal à l’aise. Je voyais au loin mon ex petit ami D jouer de la guitare avec son groupe d’amis. Même lorsque nous étions ensemble, il n’a jamais voulu se montrer avec moi, il me gardait sécrète. J’étais seule parmi d’autres adolescents qui étaient ensembles, dans des groupes d’amis et semblaient bien s’amuser et se soutenir. J’étais solitaire malgré moi.

 

Dimanche je suis allée sur la tombe de mon père poser des chrysanthèmes mauves au milieu des coquillages et des cailloux blancs. Le soir il s’est passé une étrange chose. Bianca ma chatte blanche miaulait plaintivement dans la salle de bain, regardait vers le haut comme si elle avait vu quelque chose dans les carreaux de la salle de bain. Elle a bondit sur le rebord de la baignoire en miaulant plaintivement et les yeux au ciel comme si elle voyait quelque chose. Une chose dans le mur. Je la caressais en lui demandant ce qu’elle voit. Elle se frottait contre ma cheville en ronronnant.  Mais dés que je cessais elle recommençait. Je me suis dis que j’avais éveillé les morts en traversant le cimetière ! Où plutôt le fantôme de mon père. Plus tard dans la soirée après avoir fait un rituel avec mon améthyste qui aiguise ma clairvoyance. J’étais au lit et Bianca était sur mon lit aussi. J’ai entendu cogner contre le mur. Le bruit venait de la salle d’eau. Je me suis levée pour aller voir. Il n’y avait rien. Cela aurait pu être les petits chats Lîla et Titou mais non…Je me suis recouchée et plus tard ma porte de chambre qui était entrouverte, s’est ouverte d’avantage. Il était là ! Il est sûr que nous étions la veille de la samahain et que les morts entre plus facilement en contact avec nous. Deux années auparavant, jour pour jour, j’ignorais que nous étions le jour de la samahain, pour moi c’était une journée comme une autre. Pourtant j’ai éprouvé le besoin de dessiner mon père (d’après une photo) avec moi  sur un chemin qui monte au ciel, avec un Baku  animal psychopompe dans ses bras, dans le prolongement de ma robe. Le lendemain j’ai su ce que l’on dit au sujet de la samahain. Et me suis dis qu’il avait essayé de rentrer en lien avec moi. Et m’avait fait nous dessiner. Bianca est la  petite chatte qu’il nous avait portée dans ses bras. Elle était un chaton et il ne pouvait pas la garder dans ces conditions de vie alors il nous l’a confié.   Et cette chatte l’adorait. Peut-être était-elle heureuse de sentir sa présence. Mais était-elle apaisée? (La présence était-elle sereine?).

Ma cousine que je n’ai jamais vue en chair et en os mais que j’ai retrouvé sur facebook pense  que c'est un message de remerciement du fait que j’ai pensé à lui en allant lui rendre hommage. Il est entré en contact par rapport à mon améthyste qui est la couleur similaire des chrysanthèmes que je lui ai porté.

Le lendemain matin, très tôt, j’ai accompagné ma mère et ma grand-mère au cimetière. Celui d’Angoulins où j’ai posé de la bruyère sur le tombeau commun de mon arrière grand-mère Simone et de mon oncle Joëlle Poiraudeau. C’était un artiste. Il se droguait et il était en proie à des hallucinations. Il s’est suicidé. Sa femme Brigitte l’a quitté et il ne voyait plus ses filles. Emma et Louise. Des jumelles. Peut-être fût-il violent avec Brigitte sous l’emprise des substances. Je pense surtout qu’une personne psychiquement malade est difficile à vivre et elle ne l’aimait sans doute plus. Depuis la mort de Joëlle nous ne les voyons plus.  Elle a peut-être voulu protéger ses filles. Ou tirer le rideau. Reprendre contact avec nous réanimait les souvenirs. Dans ce cimetière d’Angoulins il y a aussi  la tombe mon grand père Poiraudeau mais ni moi, ni ma mère qui est pourtant déjà venue, ne l’a retrouvé. Ensuite nous sommes allées au beau cimetière de Saint Elois avec ses tombes anciennes où mon grand père maternel  repose ainsi que mon oncle Pierre Monange.  Nous nous sommes perdues dans cet immense cimetière. Ensuite elles m’ont déposée à La Rochelle comme s’était prévue. J’ai fait une très belle balade au bord de la mer et pris des photos dont je suis contente. A La Palice des bonbons sont mêmes tombées du ciel.  J’en ai trouvé par terre, l’un au caramel et une sucette. J’ai  fêté samahain. J’ai aidé à la cuisine. J’ai mangé un plat aux saveurs d’automne (potimarron, marron, cèpes, pommes, et une légère touche de gingembre).

Je suis revenue chez moi en covoiturage et j’ai retrouvée ma petite Lîla qui ressemble bien à Bianca quand elle était petite. Je suis même allée chez l’esthéticienne. Et je commence un long jeûne de soupe fait maison. Tout semble aller bien mais pourtant j’ai des sentiments d’immense vide. Je pense souffrir du trouble borderline.

 

(Suite)

 Alors que j’ai posé dans le jardin des plantes j’y ai rencontré un ancien camarade de classe. Il était avec sa fiancée et son enfant. Il m’a salué très chaleureusement. De retours chez moi, à Saint Jean d’Angely, j’ai remarqué qu’il m’a liké un dessin que j’ai fait. Je l’ai ajouté à mes amis virtuels de FB. J’ai compris qu’il s’intéresse à la spiritualité et à l’ésotérisme. Il est venu me parler. Nous avons échangés quelques banalités. J’en suis venue à lui parler de mon père. Sans doute parce que la toussaint n’est pas loin derrière nous et aller au cimetière réanime les souvenirs. Mon père Rodolphe Poiraudeau est mort lorsque j’avais 20 ans. Il buvait beaucoup et il prenait des médicaments contre sa dépression et sa dépendance. Ce coquetel à la longue fût fatale. Mon ami a eu des ressenties qu’il m’a partagé.

« En faite le ressenti que j'ai eu…C’est comme s'il cherché toujours des réponses constamment à son mal-être d'âme. Il cherchait constamment les choses.

Je perçois comme s'il était toujours assis à une table .... À attendre avec un beau verre et un alcool clair.

Il attend, tête baissé.

Une cuisine froide, bleu/grise.

C’est étrange.

En faite je sens qu'il a besoin d'une ouverture du cœur et de lâcher ses questions. »

 

Je reviens sur l’épisode que j’ai déjà conté « Dimanche je suis allée sur la tombe de mon père poser des chrysanthèmes mauves au milieu des coquillages et des cailloux blancs. Le soir il s’est passé une étrange chose. Bianca ma chatte blanche miaulait plaintivement dans la salle de bain, regardait vers le haut comme si elle avait vu quelque chose dans les carreaux de la salle de bain. Elle a bondit sur le rebord de la baignoire en miaulant plaintivement et les yeux au ciel comme si elle voyait quelque chose. Une chose dans le mur. Je la caressais en lui demandant ce qu’elle voit. Elle se frottait contre ma cheville en ronronnant.  Mais dés que je cessais elle recommençait. Je me suis dis que j’avais éveillé les morts en traversant le cimetière ! Où plutôt le fantôme de mon père. Plus tard dans la soirée après avoir fait un rituel avec mon améthyste qui aiguise ma clairvoyance. J’étais au lit et Bianca était sur mon lit aussi. J’ai entendu cogner contre le mur. Le bruit venait de la salle d’eau. Je me suis levée pour aller voir. Il n’y avait rien. Cela aurait pu être les petits chats Lîla et Titou mais non…Je me suis recouchée et plus tard ma porte de chambre qui était entrouverte, s’est ouverte d’avantage. Il était là ! Il est sûr que nous étions la veille de la samahain et que les morts entre plus facilement en contact avec nous. Deux années auparavant, jour pour jour, j’ignorais que nous étions le jour de la samahain, pour moi c’était une journée comme une autre. Pourtant j’ai éprouvé le besoin de dessiner mon père (d’après une photo) avec moi  sur un chemin qui monte au ciel, avec un Baku  animal psychopompe dans ses bras, dans le prolongement de ma robe. Le lendemain j’ai su ce que l’on dit au sujet de la samahain. Et me suis dis qu’il avait essayé de rentrer en lien avec moi. Et m’avait fait nous dessiner. Bianca est la  petite chatte qu’il nous avait portée dans ses bras. Elle était un chaton et il ne pouvait pas la garder dans ces conditions de vie alors il nous l’a confié.   Et cette chatte l’adorait. Peut-être était-elle heureuse de sentir sa présence. Mais était-elle apaisée? (La présence était-elle sereine?). »

Je pose cette question : La présence était-elle sereine ? Au fond de moi je connaissais la réponse. Lorsque les âmes sont sereines elles ne se manifestent pas ainsi. Elles sont dans l’au-delà et pas entre. Et puis cette façon de cogner dans la salle de bain était assez inquiétante. Mais surtout le comportement de Bianca. J’ai eu un peu peur. Mais pas trop parce que je me doutais que c’était lui, et ce n’est pas lui qui me voudrait du mal.

Le message de mon ami m’a fait beaucoup de tristesse pour mon père alors je lui ai demandé ce que je peux faire pour l’aider ?

« Ouvrir ton cœur et enfin accepter l'amour de toi même et de dieu ou de la déesse, comme tu veux, à travers toi. Car ce que tu feras pour toi tu le feras pour lui.

Si tu vas vers ta lumière, il ira vers lui, il se sentira une force intérieure poussée. »

 

Je songe que les chrysanthèmes étaient mauves comme mon améthyste et comme le vin qu’il buvait…Mon père à la fin de sa vie a vécue à Saint Jean d’Angely, et nous (ma mère et moi) nous étions toujours à Angoulins non loin de La Rochelle. En sortant du cimetière je songe que nous avons refait la même balade sur les rives de la Boutonne que nous avions fait tous les trois avant sa mort. J’ai même pris des photos.

 

Hier soir je suis retournée sur sa tombe, j’ai caressé de ma main les chrysanthèmes encore intactes. J’ai pleuré. Le cimetière est en hauteur, au dessus de la ville et les veilles tombes comme la ville des morts étaient illuminés par un coucher de soleil froid.

 

J’étais allée quelques jours chez mon père à Saint Jean d’Angely. Il avait enfin un chez lui. J’ai pu venir. Je ne me souviens pas très bien de ce que nous avions fait, mais son appartement était au dernier étage d’un immeuble. Pour aller en ville nous descendions la rue du cimetière et passions justement devant ses veilles tombes qui ressemblent à des petites maisons. Comme une ville miniature. Celle des morts. Je me souviens qu’il s’était acheté un jean dans une boutique tenue par un charmant monsieur. Mon père était coquet mais il n’était pas bien riche. L’argent passait dans le tabac gauloise, les feuilles, le vin, la bouffe et puis plus rien. Sauf parfois le shit ou le cannabis. Juste un peu de défonce.  Nous étions aussi rentrés dans une boutique où il m’avait acheté un bracelet de perles mauve. Et je l’avais aidé à choisir une jolie lampe en bois et aux dentelles vertes qui diffuse une lumière tamisée. Et que j’ai récupéré à sa mort. Dans mon baladeur j’écoutais Rammstein et je lui ai fait écouter. J’avais emmené chez lui le cd de musique Mother Earth de Within Temptation que j’écoutais et je chantais par-dessus. J’avais aussi mon cahier d’écriture que j’utilisais à l’atelier d’écriture et pas seulement. J’étais inscrite au DAEU pour passer un équivalent du bac mais je n’allais pas à mes cours. Je faisais croire à ma mère que j’y allais mais c’était au bout de mes forces. J’allais à l’atelier d’écriture, à l’atelier théâtre au théâtre toujours à l’horizon avec Lucie, ainsi qu’à l’atelier slam où nous déclamons nos textes sur de la musique de chambre du conservatoire. J’ai participé à beaucoup de représentations. J’étais très gothique. Je me dessinais des larmes noires et je mettais un rouge à lèvre noire. J’ai fait une tentative de suicide, j’ai volé les médicaments chez ma grand-mère Colette Maniaco dépressive. Je me suis retrouvée aux urgences. A la sortie de l‘hôpital j’avais pu venir au dernier atelier d’écriture de l'année et nous avons fêté mon anniversaire. Tous le monde était inquiet pour moi, je ne tenais pas debout, je marchais comme sur des œufs car le lithium que j’avais avalé coulait encore dans mes veines…Néanmoins ce fût une très belle fête d’anniversaire. Je souhaitais le fêter avec mes amis. Les photos de ce souvenir sont belles. (... le texte n'est pas en entier, c'est un extrait)

Partager cet article

Repost 0
Published by fee-noire.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • : Mon univers sombre et féérique...Je m'appelle Prisca Poiraudeau,une rêveuse gothique, je suis passionné d'art...
  • Contact

Recherche

Liens