Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 22:25
photo de Féebrile

photo de Féebrile

Lundi 27 juillet

J’ai fait un étrange rêve cette nuit. Mes souvenirs ne sont pas précis. C’était une nuit un peu agitée et en me réveillant je ne me sentais pas reposé. Mais il y a une chanson qui flotte dans ma tête.

Il y avait une exposition d’art dans une salle. Une très grande salle d’un bâtiment neuf avec de grandes baies vitrés. Le ciel était gris, il pleuvait peut-être. La responsable dont j’ai oublié le visage s’inquiétait à cause d’une alerte orange…La femme avait une cinquantaine d’année, petite et mince.

J’étais chez moi dans une très grande maison. Je vivais avec mon père et ma mère. La nuit tombait et je me sentais assez anxieuse. Je fermais bien à clef toutes les portes donnant sur l’extérieur pour ne pas qu’un intrus puisse rentrer. La baie vitrée sur le jardin. Les deux portes du garage (un garage qui ressemblait à celui chez ma grand-mère à Angoulins). La porte donnant dehors, et la porte communiquant avec la maison ou plutôt la véranda (une véranda semblable a celle de ma grand-mère). Je crois qu’elle fermait assez mal. Je suis montée à l’étage, j’ai rejoint mon lit. Mais je me suis levée car j’étais peu rassurée et je suis allée dans la chambre de mes parents, ils étaient allongées l’un contre l’autre dans le lit en fer forgé. Eux ne semblaient pas inquiets. Je suis descendue. Je ne me souviens plus pourquoi…Mais en revenant sur mes pas, il y avait quelque chose d’étrange allongée sur l’escalier, je me suis sentie menacée. Cela ressemblait un peu à un immense compas, le bout était tranchant. C’était une évidence pour moi, il s’agissait d’un être vivant, d’ailleurs la créature sans doute ensommeillée a mouvée sa jambe (si l’on peut appeler ça une jambe) lorsque je me suis approchée. Je suis allez prévenir mes parents. C’était une femme ensommeillée, elle était magnifique avec sa belle chevelure rousse, ses paupières violettes et sa bouche rouge mais nous avions peur d’elle. Il me semble qu’il y avait aussi un homme dont j’ai oublié le visage. Avec mon père nous les avons transporté jusqu’à un placard de bureau aux portes accordéons et les avons enfermés dedans, mais la clef ou la serrure dysfonctionnait. La femme commençait à s’agiter comme un animal. Nous voulions les enfermer en attendant la police car nous avions très peur. Mais cette porte refusait de se fermer. Alors c’est dans un tissus, ressemblant à un épais rideau que j’ai réussi je ne sais comment, en l’enroulant, a l’immobiliser un moment, elle gémissait. Mon père était parti et je la surveillais. Mais son visage a émergé, elle allait réussir à sortir de son cocon et j’avais terriblement peur d’elle, persuadée qu’elle allait nous faire du mal. Elle était vraiment jolie, son visage fin, diaphane, ses paupières maquillés de violet…

Une chanson flotte dans ma tête, une voix féminine cristalline…

En repensant à mon rêve j’ai le sentiment que cette femme est un peu moi. Elle a une chevelure rousse comme moi et ses paupières sont violettes. Je mets souvent du violet sur mes paupières.

La maison qui symbolise mon âme, mon esprit ou mon corps ressemble à celle de ma grand-mère mais aussi a celle de mon enfance. Dans le rêve je suis une jeune femme qui vît comme une petite fille avec son papa et sa maman. Le compas qui n’était pas vraiment un compas mais aussi un outil de mesure pourrait représenter la scolarité. Il est allongé sur l’escalier…En montant l’escalier on évolue. Ma grand-mère était institutrice. Ma scolaritée fût difficile. Si ce compas ressemble aussi à une équerre, à un instrument de mesure, cela me fait penser à mon obsession, l’obsession d’être le plus mince possible. Cet objet est tranchant, il est un être vivant, une jolie femme qui pourrait-être mon avatar. Le désir de rester une petite fille. Je vis chez mes parents comme si je n’avais pas grandis et j’ai évoqué dans mon analyse l’école (à cause de ces jambes compas ou équerre)…Il y a aussi la peur de ma féminité. Ce compas m’évoque un film, une des versions d’Alice, une version polonaise. C’est assez surréaliste car l’entré du terrier est un tiroir de bureau d’écolier, en bois comme dans le temps. La gamine qui se glisse dans ce tiroir se blesse à un compas. Ressèment je suis allée chez le médecin, une visite médicale pour la MDPH. J’étais très anxieuse car je n’aime pas monter sur la balance. J’avais fais beaucoup d’activités physique (de la randonné et du vélo) afin de me plaire. Mais je n’aime pas lorsque le médecin me demande si j’ai de l’appétit, si je mange normalement…Je n’aime pas qu’il me pense anorexique. J’ai fait mon renouvellement à la MDPH. Pour l’instant je n’ai eu aucuns suivis, je suis en attente. Mais je suis dans une période où je réfléchis à une orientation. Je travaillerai peut-être dans une bibliothèque. Je reprendrais peut-être des études ou une formation dans l’artisanat d’art…Je comprends de quoi ce nourrit le rêve.

Dans la première partie du rêve j’étais à une exposition d’art. Je ne me souviens pas des œuvres, la disposition était étrange et les œuvres aussi, un peu comme de l’art abstrait peut-être. Je crois que ça ne me parlait pas, mais je n’étais pas d’une humeur critique. Je me souviens de bijoux exposés, suspendus. Je suis allée à un vernissage avant hier, une femme aimait beaucoup mon pendentif. Elle m’a dit que son mari était créateur de bijoux. La responsable de l’exposition a fait annuler une exposition qui devait avoir lieu le lendemain, à l’extérieur, au Gabut car alerte orange avait annoncé la météo.

A la fin de ce rêve, cette femme qui s’extrait de son cocon, c’est à ce moment là que je prends conscience de son extrême beauté. Je refuse qu’elle devienne une femme, elle est un objet, une femme objet, un compas, une équerre…Elle est aussi une jeune fille qui va devenir une femme même si mon père et moi semblions ralentir le processus.

Et cet homme qui était avec elle, que représente t-il ? Il n’est qu’une évocation, lui ne tente pas de s’échapper. Mais ils sont entrés sans notre permission a l’intérieur, l’intérieur de moi.

Et cette chanson qui flotte dans ma tête…

Partager cet article

Repost 0
Published by fee-noire.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • : Mon univers sombre et féérique...Je m'appelle Prisca Poiraudeau,une rêveuse gothique, je suis passionné d'art...
  • Contact

Recherche

Liens