Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2022 5 26 /08 /août /2022 16:43
Article Concorde

L'article est paru aussi dans la Concorde ! Merci à Lysiane Chupin la correspondante 🦋💮

Article Concorde
Partager cet article
Repost0
26 août 2022 5 26 /08 /août /2022 16:37
Les livres de Sélène que j'ai illustré

J'ai reçu les livres de Sélène Wolfgang La Chevaucheuse de Lune et Chrysis que j'ai illustré (avec de gentilles dédicaces) 💜 à la (re) lecture j'ai repensé aux albums illustrés de Victoria Francés parce que c'est un univers sombre, l'écriture est telle une
peinture d'un monde enchanté et ensorcelé avec le portrait de fées, ondines, sorcières, dames blanches, vampires, revenants, déesses...

Les livres de Sélène que j'ai illustré
Partager cet article
Repost0
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 12:10
Nouvelle République article lecture

Partager cet article
Repost0
24 août 2022 3 24 /08 /août /2022 08:31
Saphir

Ce chat malicieux

Au corps de plume

Noire et blanche

Est allé la nuit

Vagabonder

Se joindre à

D’autres âmes

Félines.

 

Il a foulé les sépultures

Entourant l’église romane

Il a emprunté le muret

De pierres pour se joindre

À nous, nous sur un banc

Au beau clair de la  lune.

 

En balade

L’âme câline,

Suit son maitre

Le sorcier.

 

Si  le sorcier parle aux esprits,

Naturellement Saphir

Les perçoit lui aussi…

Ce n’est pas surnaturel,

Et c’est moins distrayant,

Que le profil d’une amie,

Qui ne vient pas souvent.

 

Son cœur rouge,

Sous sa peau,

Est un nid pour ce

Chat oiseau et elle

Est douce dans sa

Gestuelle, dans

Sa voix où

Ils se lovent.

 

C’est semblable

Au chant de l’eau.

 

Son visage de profil,

S’est confondu,

Au croissant de lune

Elle était dans

Ses pensées.

Saphir sur

Les toits

A pu lire

En elle.

 

Dans un miroir,

Un chat s’appelle

Lîla, il est semblable

A lui mais inverse

De par sa robe,

De par sa timidité.

 

Le sorcier a réveillé

La sorcière blanche

Pour inspirer un peu

De nuit avant que

L’orage ne gronde.

 

Saphir l’animal précieux

Au cœur noble traverse

La fenêtre par espièglerie :

 

Ce corps de chat,

De plume, dansera

Sous la pluie telle

Une âme indienne

Et si innocente.

 

Nos chats, nos amis,

S’apprivoisent

Ils restent libres

Et veillent sur nous,

Apaisent nos âmes,

Tels des gardiens,

Des anges,

Des animaux

Fantastiques…

Nos chats nous

Montrent la voie,

La beauté de l’instant,

L’amour inconditionnel

Et l’amitié authentique.

 

Nos chats ont le secret pour nous

C’est un savoir léger : des nuages,

Des plumes, des feuilles dansantes.

 

Parfois quand nos chats

Dorment lovés contre

Notre peau, ils volent

Comme si ils étaient

Perchés  sur des balais

Rêvant  l’un de l’autre

Dans la ronde féline.

 

Saphir
Partager cet article
Repost0
13 août 2022 6 13 /08 /août /2022 22:47
La fée à la lanterne

 

Au dessus des guitares électriques,

Une voix fluette se détachait…

Avec ma voiture je traversais

La forêt, les K7 de Cranes étaient

Éparpillées sur le siège à côté de moi.

Il faisait nuit, c’était l’été,

Et mes rêves cheminaient.

 

Vêtue de sa robe blanche

Et si feutrée dans la nuit,

Une silhouette chevauchait

L’ancienne voie romaine.

 

La forme à cheval

Me fuyait mais me

Happait de par sa

Lanterne…

 

Avec une dose

De peur dans

Mon cœur.

J’empruntais

Le sentier et

Je l’appelais…

La musique était

Restée sur Play

Dans l’habitacle de

Mon Alfa-Roméo.

Pour pénétrer en

Un monde silencieux

En apparence…

 

Mon cœur au

Trot dans

Ma poitrine

Hachait un peu

Mon souffle :

Il galopait de

Pire en pire

A la poursuite

De cette forme

Equine.

 

Les ruines

D’un amphithéâtre

Gallo-Romain

S’agrippaient

A la pente,

Glissante,

Sur le côté…

 

Là dans un cercle,

Coiffée de fleurs

Échevelée, je chutais…

 

Un tourbillon de feuilles-

Surnaturelles m’encerclait…

Étourdie. Je m’évanouissais.

 

La silhouette translucide

A cheval, de sa voix

Me caressa le visage.

Une voix larmoyante

A la semblance

D’une source

Un aqueduc

Si souterrain,

Froissé de feuillage

Qui bruissent…

 

« Je suis Epona,

Et plus personne,

Pour m’honorer,

Je protégeais

La voie romaine et

Je veillais sur

Les bêtes ainsi

Que les voyageurs. »

 

Sa lanterne

Éclaboussait

Un clair

De lune.

 

Les étoiles dans les yeux,

Une lune dans la flaque de

Sang…La dame me veillait.

Le regard du cheval était

D’une tristesse insondable.

 

Le passé : un flux froid

Dans mon dos me quittait

Et la forme s’effaça…

 

Epona m’a fait oublier

Comme j’ai mal !

Les chansons

Sont en morceau

De verre en

Mon corps

Endolorie,

Je suis en sang

Projetée, hors

De mon véhicule.

 

Je flotte

Au dessus

De l’Alfa

Repliée contre

L’arbre…

 

*

 

Je m’éveille,

Je vois la lumière

D’un nouveau jour.

 

J’ai encore mal,

En ma carcasse,

Surtout à la tête.

 

Qui m’a sauvé ?!

Qui m’a sauvé ?!

 

Une dame en blanc

Est à mon chevet.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 15:19
L'elfe poéte,

L’elfe poète

Pour Béatrice Douvre

 

Je ne dis jamais mes secrets,

Ni même mes rêves, l’écho veut

Les répéter, les oreilles peuvent

Les regarder sans

Les comprendre,

Et sans bienveillance

Alors les mains souhaitent

Me métamorphoser…

 

Je me souhaite libre,

Et je regarde

Dans le passé

Une fille poète :

 

Tes cheveux fins

S’envolent aux

Vents : ils sont

Transparents

Avec des reflets

Blonds bébés.

 

Tu es de profil,

Tes oreilles

Délicates

Semblent

Entendre

Murmurer

Les contes

Les poèmes,

Murmurer

Par l’océan

Et le vent…

 

Le vent

Te fait

Chavirer

Avec lui,

Ton corps

Est beau

Doux tel de

La plume …

Il écrit

Laisse une

Trace

Odorée

Sur une

Peau

Diaphane.

 

Ne s’efface pas

Sur le sable

Par la vague

Et l’eau.

 

En haut,

Le ciel,

En haut,

Une elfe

 

En bas,

Je cueille

Des mots

Sur l’écritoire,

Des coquillages,

Des bouches et

Des oreilles, des

Sons qui ne souhaitaient

Pas se taire sous la terre,

Des chansons

Qui ne voulaient pas

Être muettes.

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2022 2 09 /08 /août /2022 13:38
Les fées mélancoliques

La fée mauve

 

Ce vitrail fait

De losanges

Est une porte

Qui nous sépare

Des anges…

 

Les losanges

Sur l’eau delà

Ne filtrent pas

La lumière…

 

J’ai rêvé d’une fée

Sous son ombrelle

Une paire d’ailes

De demoiselle et

Une aura mauve.

 

Une femme-fée

C’est la mélancolie

Qui s’écrit

C’est une plume

De sang,

C’est un corps

De plume

Que je couche

Dans les cahiers

Pour aimer

Les femmes

Semblables

Aux fées.

 

Traverser

Les portes

Pour rejoindre

Nos morts

Et les autres

Dimensions.

 

Je le souhaite

Pour écrire

Avoir quelque

Chose à dire

Et à ressentir.

 

C’est terrible

D’être divisé

De son âme,

De son essence.

 

Parfois je porte

Une robe

De mélancolie.

 

Je chante

Avec une voix

De cristal

Qui divisent

Les losanges.

 

Je veux m’élever

Sous-marine

Pour rêver,

L’ancre se

Détachera bien

De mes pieds !

 

A droite Renée Vivien, a gauche Béatrice Douvre deux poétes

Les fées mélancoliques
Les fées mélancoliques
Partager cet article
Repost0
4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 11:29
Funiculaire-lunaire

C’était l’été, 

J’avais vingt ans… 

  

La cascade  

A mes pieds 

Dans ma longue  

Robe noire.  

  

Ce n’est qu’une photo.   

  

Papa n’était plus, 

Depuis juin… 

  

Dans la montagne le 

 Funiculaire coulissait 

Jusqu’au ciel.  

  

J’ai arpenté de 

Nouveaux sentiers 

Si douloureux 

Si douloureux 

Mais jusqu’à la lune.  

  

Je me suis fais  

Un compagnon  

Mélancolique 

Qui m’a fait lire 

Les cimes du  

Désespoir de 

Cioran.   

  

Là, dans le Mont Dore 

Au plus proche des cieux  

Et des divinités,  

Je me suis élevée  

Au-dessus des cimes 

Au-dessus des lacs 

A l’eau si bleue 

Dans le creux  

Des volcans 

Endormis. 

  

Au-dessus

Des vaches 

Dans les  

Pâturages.    

  

Pour mieux  

Redescendre 

En voiture 

Accompagné  

De flot  

Dans mes  

Écouteurs.   

  

J’avais mis quelques  

Légendes dans ma 

Valise pour écrire  

A la maison  

Des contes d’espoir 

 Et de chagrin  

Et parler 

Avec l’absent.  

  

Parler de cette 

Larme bleue 

Au creux  

De ce cratère 

Qu’on nome  

Le lac Pavin. 

Partager cet article
Repost0
4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 10:04

J'ai lu "Centaurelles et rock n'roll" de Prisca Poiraudeau et j'ai beaucoup aimé ce recueil de nouvelles illustré. Avec "Centaurelles et rock n'roll", Prisca nous entraîne dans un univers féerique et macabre à la fois. Ses nouvelles sont des petits contes cruels dans lesquels elle dénonce la violence faite aux femmes qui est toujours bel et bien présente dans nos sociétés. À un moment donné, les récits de Prisca m'ont fait penser à "Paradoxia, journal d'une prédatrice" de Lydia Lunch, égérie du No Wave dans les années 80. Si vous aimez les auteurs qui choquent, qui provoquent, qui bouleversent, je ne peux que vous conseiller ce livre.

 

De Sélène Wolfgang

 

 

Impression Centaurelles et Rock'n'roll par Sélène
Impression Centaurelles et Rock'n'roll par Sélène
Partager cet article
Repost0
4 août 2022 4 04 /08 /août /2022 09:56

J'ai lu "Diaphanes" de Prisca Poiraudeau et j'ai beaucoup aimé ce recueil de poèmes. La poésie de Prisca me fait penser à la poésie de certains poètes surréalistes qui pratiquaient l'écriture automatique, également connue sous le nom de psychographie ou écriture intuitive. Les illustrations qui accompagnent certains poèmes sont très belles et me font penser aux peintures de Marc Chagall. J'ai énormément apprécié me balader dans l'univers onirique de cette jeune auteure, un peu sorcière...

 

Sélène Wolfgang

Impression Diaphanes d'une amie poète Selène Wolfgang
Impression Diaphanes d'une amie poète Selène Wolfgang
Impression Diaphanes d'une amie poète Selène Wolfgang
Impression Diaphanes d'une amie poète Selène Wolfgang
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de fee-noire.over-blog.com
  • : Mon univers sombre et féérique...Je m'appelle Prisca Poiraudeau,une rêveuse gothique, je suis passionné d'art...
  • Contact

Recherche

Liens